Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 21:14

Tu as le choix entre aimer la vie ou la critiquer


Le premier est un mouvement

Le second une attente.

Certains restent toute la vie en attente

photo.jpg

Repost 0
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 17:03

 

 

 

 

 

 

 

Un livre la démarche appréciative  de Pierre-Claude Elie m'interpelle. Je travaille selon ces principes, et lire ces constats positifs sur tant d'actions menées laisse la place à la perplexité. Proposer un projet positif, Identifier les forces et les talents, puis Imaginer un futur, élaborer des orientations stimulantes et innover dans les actions.

 

Le schéma est parlant : Découverte, Désir, Design, Destin qui nous mène à un changement dynamique et valorisant. La théorie est belle, et la pratique de cette théorie un peu magique.

 

Ok.

 

Alors comment se fait il qu'aujourd'hui il y ait encore tant de pression, de stress, d'angoisse', de "non envie"? Pourquoi n'agissons nous pas avec cet effet pygmalion qui- dit -que -celui -que -je -vois -tel -que -je -le -vois- seras -comme -je -le- vois? Identifier le meilleur d'une équipe, et travailler sur ce registre est tellement plus riche et efficace que d'identifier les manques, les incompétences et les erreurs.

 

Préparer un séminaire c’est comme jouer au Monopoly, parfois on  sort de la case Prison pour parvenir à la Rue de la Paix. Une journée pour un futur positif. Une journée pour reconnaître ses propres talents, et les partager, une journée pour prendre juste le temps d'exprimer à l'autre son respect et sa reconnaissance. Une journée pour reconnaitre les réussites, s'appuyer sur les talents pour se projeter sur un futur positif, mettre en action les leviers d'une nouvelle vision commune.

 

Préparer un séminaire c’est parfois passer d'un terrain miné à un terrain de rugby, et toujours, toujours, dans cette préparation, le grand point d'interrogation : aurais-je suffisamment préparé ce barreau de l'échelle qui permettra à ce groupe un passage, puis un autre, et un autre encore.

 

C'était en direct live du Paradis des lézards quelques réflexions qui s'en viennent lors d'une préparation particulièrement marquante.

 

Bonne semaine à tous

Repost 0
Published by Michelle Bourgoin - dans Méditation du jour
commenter cet article
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 11:49

 

 

 

 

 

 

 

 

Le cercle est –il vicieux ou vertueux, qui me condamnerait à toujours plus de travail, ou qui me mènerait à toujours plus de bonheur dans le travail ?

 

A lire certains articles qui concernent les femmes de plus de 50 ans, (http://argent.canoe.ca/lca/affaires/quebec/archives/2011/04/20110414-164205.html) condamnées au chômage, ou le bonheur au travail, ou la pénibilité au travail,

 

Il me vient des idées dans ma petite tête de 64 ans ; elles me soufflent la chance de toujours ce plaisir du travail qui est le mien, qui m’a été confié, que je cherche à chaque instant à reconstruire, et réinventer. Il me vient aussi dans les os et les articulations des déchirures qui murmurent qu’il serait temps de se calmer, d’aller un peu moins vite, un peu moins fort. Il me vient aussi parfois de ces découragements d’une fatigue si intense qu’elle bouscule toutes notions de plaisir, de bonheur au travail, d’énergie à transmettre, une fatigue qui dirait  que chaque chose a son tempo, et qu’il conviendrait d’en changer. Il me vient aussi de plus en plus souvent, l’envie d’écrire sans contrainte, de lire sans but, de prendre les chemins qui ne mènent à rien autour de ma maison, le chien en bandoulière, le nez au vent, de partir en ville découvrir de ces nouveaux films que je ne vois passer que par leurs critiques, d’être en quelque sorte, juste moi-même, toutes ces choses essentielles qui sont présentes à chaque instant comme ces bulles que l’on aime tant, et qui claquent avant même d’avoir pu être admirées.

 

Je me dis que la vie s’allonge, et que le temps n’est plus le même qu’autrefois où l’on était usé avant d’avoir vécu, je me dis aussi que le travail, s’il s’accomplit dans la légèreté et la joie, est un cadeau que l’on doit partager, je me dis qu’il me faut de nouveau, revoir mes priorités, et préparer le corps à plus d’attention afin qu’il m’accompagne un pas de plus encore. Parce que finalement, je ne suis pas celle qui partira le nez au vent, chien en bandoulière sans but, je suis celle qui le fera, et qui rentrera riche de plus d’idées, de nouveautés, de petits éclats d’instants qu’il sera bon de partager avec un groupe, une personne, un enfant, quelqu’un. On appelle ça « travail », je le vis comme « richesse ». Alors oui, la vieillesse y donne un goût peut être parfois plus amer, le corps ne se plie pas aux exigences de l’esprit, il convient bien sûr de revoir ceci, pourtant, « être riche de son travail » toute la vie, quel cadeau à partager pour tous ceux qui luttent, qui se battent devant le poids d’un non-travail, les barrières de non-diplômes, la fatigue harassante d'un travail non choisi.

 

C’est fou comme un cri de détresse, un article lu dans la presse, peut tout à coup être une mesure de la chance que l’on a…Chance, …un article écrit un jour aussi, suite à la lecture d’un autre article…

http://www.facebook.com/notes.php?id=720824196#!/note.php?note_id=409378594639

Repost 0
Published by Michelle Bourgoin - dans Méditation du jour
commenter cet article
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 15:31

 

 

 

 

 

 

 

 

SAM_0157.JPG

En quelques coups de vent sous un ciel bleu d’azur, les feuilles de mes chênes s’éparpillent au printemps. Les arbres suspendus aux parenthèses du temps, désemparés, désespérés, entonnent le chant des branches nues; cette chasse aux parures anciennes, cette danse aux bourgeons éclatants.

 

Plein soleil, cruauté triomphante du cycle de la vie.Une feuille chasse l’autre, son rôle n’est plus de plaire, il sera désormais de nourrir la terre.

 

 

 

Apprendre de mes arbres à lâcher de ces prises anciennes,  et, les mains grandes ouvertes, me rendre disponible à d’autres horizons, renoncer à mes vieilles croyances ,   construire enfin, sur l'avenir de nouveaux ponts.SAM_0158.JPG

Repost 0
Published by Michelle Bourgoin - dans Méditation du jour
commenter cet article
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 17:48

 

2848883012_a1ebb61b63.jpg

Il se trouve toujours quelque chose pour déranger les calculs les plus soigneusement établis par l'homme

[Saikaku Ihara]

 

 

 

Il est des mots qui ne viennent pas, des lettres qui ne s'écrivent pas, des paroles que l'on ne prononcent pas. Seuls nos bras tombent, nos coeurs se ferment, le froid devient glacial, et nos mains se tendent...dans le vide, devant RIEN, juste l'horreur, le malheur, la tristesse. Cette tristesse qui nous parait inopportune, tant la dignité dans les yeux de ces rescapés recèle de profondeur et de détresse.

 

Une fois de plus les appels à l'aide foisonnent, une fois encore l'argent semble la seule offre que l'on pourrait faire devant tant de fracas.

 

Alors je m'interroge : où trouve t'on la solidarité humaine, tangible et bien réelle? Toutes ces organisations qui tendent leurs caisses vers nous, sont elles irréprochables? En 2004 nous avons eu le goût amer de l'argent inutile, des actions incertaines, mais aussi tellement de petits miracles au quotidien par de grandes et de petites associations.

 

Et nos "grands communicants", Présidents, Politiques de tous bords, Ecologistes de tous poils, y vont chacun de leur couplet rassurant, lancinant, pontifiant ou intéressant.Parler quand vient l'orage, permet de fuir la peur peut être? Si l'on rassure, moqueries, si l'on alerte "non prévoyance", si l'on se tait "non communication". Difficile de nos jours, de préparer une élection et de faire face à une telle catastrophe. Exercice délicat qui fera la différence entre l'humain et le technique, entre l'agissant et l'attentiste, entre celui qui oeuvrera pour une terre moins moche, et celui qui la laissera en friche.

 

Agir aujourd'hui c'est choisir demain. Agir aujourd'hui c'est offrir à ce peuple l'aide "dont il a besoin" en comprenant ces besoins. Agir aujourd'hui c'est se tourner vers les associations utiles, claires, efficaces car nos petits bras et nos bonnes intentions solitaires ne seront solidaires qu'en nombre et dans la clarté des organisations choisies.

 

Je penses ce soir aux mères inquiètes et aux pères angoissés, aux jeunes de ce pays, dont l'avenir a tout à coup basculé dans l'horreur, aux petits qui parleront "d'avant" et puis "d'après". Une pensée c'est dérisoire, mais milles pensées...qui sait ...peut être...

Repost 0
Published by Michelle Bourgoin - dans Méditation du jour
commenter cet article
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 10:45

"Là où sont tes pensées, tu es, veilles à ce que tes pensées soient bien là où tu veux être....

Rabbi Nachman de breslau."

 

 

 

Dans mes rangements je retrouve cette petite phrase bien cachée au creux d'un bouquin, ouvert "par hasard", à cette page.

 

Et de ces quelques mots émergent plusieurs réflexions, sur le monde de l'entreprise, sur la vie quotidienne, sur l'évolution personnelle, sur la vie et la mort.

 

Si mes pensées sont ailleurs lorsque je tiens la main de quelqu'un qui est dans la détresse, je ne suis pas présente à cette personne, et le lien est rompu.

 

Si mes pensées sont ailleurs lorsque j'effectue une tâche qui m'est confiée, je ne suis pas présente à ce travail à accomplir, et des erreurs s'accumulent, l'incompréhension s'installe, l'interprétation crée un brouillard autour de ce travail.

 

Si mes pensées sont ailleurs lorsque je parle à un enfant, il ressent un manque de respect, d'attention, d'écoute, et il devient capricieux ou renfermé.

 

Si mes pensées sont dans la rancœur alors que je suis au crépuscule de ma vie, je serais à jamais une pensée morose...

 

Tant d'occasions manquées d'être à la bonne place, au bon moment, avec légèreté et puissance.

 

Cette petite phrase cachée au creux de ce bouquin est la bienvenue ce matin, elle  remet mes pendules à l'heure du sourire, de la main tendue, de la véritable empathie. Etre pleinement à l'autre comme s'il était à ce moment la personne la plus importante au monde...Etre pleinement concentrée face à l'enfant qui questionne.Etre pleinement ouvert à la transmission...

 

Là où sont tes pensées...tu es.

Repost 0
Published by Michelle Bourgoin - dans Méditation du jour
commenter cet article
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 12:05

 

013.JPGChaque année, le premier jour, je reçois et je distribue de ces vœux sympathiques, qui me mènent à prendre de "bonnes" résolutions. Alors avec Détermination, je tente  de mettre ces résolutions dans ma réalité.

 

Portée par les vœux qui m’ont été offerts, la détermination tient...disons une semaine, un mois? Puis peu à peu, la routine quotidienne reprend le dessus, me voilà en chute libre dans un quotidien confortable. De résolutions en déterminations, il ne reste au final que ce qui a été essentiel...Et la plupart du temps, cet essentiel n'a jamais été nommé dans les "bonnes résolutions" du premier jour de l'année.

 

L'expérience m'a montré que la résolution idéale est celle qui se présente comme un inéluctable chemin, simple, léger et joyeux. Si la détermination à la réussite devient lourde, difficile, contraignante alors je me suis trompée de résolution. Si chaque matin, elle m'apparait comme un clin d'œil, une lumière qui scintille dans une sorte d'idéal personnel alors elle est juste.

 

Pendant des années j'ai cru que mes résultats, mes réussites, ne tenaient qu'à ma volonté forcenée, à la détermination que je mettais dans tous mes actes, or aujourd'hui je constate que ce n'est pas "moi" qui réussit, mais les choses, ou les éléments, ou les personnes autour de moi qui réussissent en moi. La volonté et la détermination ne sont que des accompagnateurs efficaces, ils ne sont pas l'état d'être qui mène à la plénitude d'une action juste et pertinente.

 

Merci à tous pour vos souhaits sincères et légers, tendres et moqueurs, parsemés de joie et d'espoir. Il me faut maintenant les intégrer à cette idée qui me chuchote que nous sommes tous une parcelle de la réussite de l'autre...Tous ces vœux qui s'élancent aujourd'hui dans l'univers forment une chaîne que chacun d'entre nous peut briser ou faire grandir.

 

Je vous souhaite aujourd'hui, que chaque instant de votre vie soit léger, essentiel,  et joyeux.

Repost 0
Published by Michelle Bourgoin - dans Méditation du jour
commenter cet article
1 octobre 2010 5 01 /10 /octobre /2010 14:03

 

Parfois, dans la vie on a besoin de faire une pause, comme une parenthèse. Ces moments sont déstabilisants par l'extrême fragilité que l'on ressens alors. J'ai eu souvent de ces parenthèses et aujourd'hui, je ne les crains plus.

 

Elles m'apaisent après la tempête, et je sais que chaque fois, un nouveau chemin est ouvert. Mais vivre ces instants là est difficile, alors, je programme les déclics suivants :

 

1 Prends soin de toi : mouvement, respiration, soins du corps, marches, dialogues avec mon chien, caresses aux chats, livres à savourer...

htc-sept-2011-057-copie-1.jpg

 

2 Laisses le temps te dire quoi faire : ne pas prévoir, attendre l'inattendu, ouvrir juste l'esprit à l'intuition du moment, puis la laisser aller, si elle revient, c'est le chemin...

 

3 Mets de l'ordre dans ta "maison" : aussi bien la maison réelle que celle du cœur, de l'âme, de l'esprit. Choisir ce qui est bon pour moi, donner ce qui ne m'est plus utile mais qui sera un trésor pour quelqu'un, jeter ce qui est abimé, cassé, trop vieux pour servir encore, nettoyer ce qui est lourd du passé, de poussière...

 

4 Savoures ce qui t'est offert, comprends ce que tu dois partager : on ne m'a que prêté une vie savoureuse pour que je la partage avec qui ne l'a pas.

 

5 Ecoutes les oiseaux : quand la vie est trop prenante, on n’entend plus les oiseaux chanter. Le chant des oiseaux est le signe que je suis de nouveau connectée au meilleur de l'humanité...


 

 

6 Attaches de l'importance aux enfants : eux ont leur vie à construire, la tienne est déjà bien entamée. Une minute pour un enfant c'est l'éternité, un mot exprimé par un enfant, recèle tant d'autres mots qui ne sont jamais écoutés...

vcm_s_kf_repr_640x360-copie-1.jpg

 

7 Crée autour de toi une bulle de tendresse qui refuse la violence et qui émet du bien être : on est tous contagieux, à moi de me protéger de ce qui n'est pas bon, et de diffuser ce qui l'est.

 

Et ensuite, la parenthèse se referme, un nouveau chemin s'ouvre pour une vie déblayée, joyeuse et dynamique.

 

Bonne journée à toi lecteur qui passe, si les 7 déclics de mes parenthèses de vie te plaisent, tu peux les piquer, les copier, les donner, les multiplier, ou ...inventer les tiens. Nous avons tous de ces parenthèses à vivre, elles sont les provisions de force pour demain.

Repost 0
Published by Michelle Bourgoin - dans Méditation du jour
commenter cet article
11 juillet 2010 7 11 /07 /juillet /2010 10:51

4773578659_d5920a104d.jpgCe matin mes petits fils jouaient en dessinant, tranquilles, sur la grande table du séjour. Puis vint le moment des chamailleries, des "tu me tannes", des "je te parles plus", et du très grave : "d'abord té plus mon cousin".


En les écoutant, il m'est revenu une conversation avec une personne que je coachais, il me parlait de son fils et il me dit :"chaque soir, je lui poses la question de savoir ce qu'il a appris aujourdh'ui."


Alors j'ai eu l'idée de proposer à mes deux lascars le jeu du "bon souvenir" de la journée.


Et leurs yeux se sont allumés, ils m'ont défilés des tas de petits bonheurs vécus depuis leur arrivée : "les deux carambars du matin, que l'on a le droit de manger quand on veut, paprika le mini chien qui vient en vacance chez nous, le premier bain dans la piscine, la découverte des crayons de couleurs achetés hier, le cerf volant qui "vole tout seul", le bizou du soir alors qu'on dort à moitié, l'histoire racontée par Tom à Joseph, le droit de veiller plus tard...


Je crois que ce soir, nous aurons encore plein de "bons souvenirs". Finalement, si nous les adultes, nous savons faire ce petit retour en arrière chaque jour, nous n'aurons peut etre plus de rancoeurs qui trainent, de frustrations qui se transforment en angoisse.


Savoir compter et s'enrichir de ce qui compte, et laisser ce qui ne compte pas...

Repost 0
Published by Michelle Bourgoin - dans Méditation du jour
commenter cet article
17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 22:25

Lors d'une pause, dans cette salle de formation d'une entreprise d'un grand éditeur, j'étais à la fenêtre, et je regardais ces immenses camions qui entraient et repartaient.


Et je me suis prise à imaginer tous ces livres qui s'en allaient vers leurs destins, prêts à être ouverts, découverts, lus, parcourus, prêtés, rendus, rangés et repris...Ces camions portent la culture, la découverte, la lecture, la curiosité, le savoir, la connaissance, l'humour, l'apprentissage, les mots, les lettres, les ponctuations.


Ils partaient les bouquins, après êtres passés de mains en mains, ballotés, choyés, manipulés par toutes ces femmes et tous ces hommes qui travaillent à leur diffusion. Certains parfois s'égarent, mais sont vite remis dans les bonnes "cases" afin qu'ils suivent leur destin de livre, qui se doit d'etre ouvert, lu, prêté, rangés, repris, relus.


Je me suis surprise à penser que le livre ne peut vivre sans eux, que leur travail nous est indispensable et que leur énergie se diffuse à travers nos lectures.


En échangeant avec les groupes avec lequels j'ai travaillé, je me suis dis qu'ils font un beau métier ces femmes et ces hommes qui, jour après jour, prennent soin de ces livres, petits coffres forts de la culture. Oui, ils font un beau métier, ils le savent, et ils dégagent une belle énergie. Et pourtant, si le métier est beau, il a ses contraintes et ses fatigues.


Et j'avais juste envie de leur dire "Merci". Voilà qui est fait.

 

Votre travail me réjouit, moi qui dévore les livres comme des choux à la crème, qui les savoures, les relis, les prêtes, ne les range pas, les vend, puis les rachète...Oui, juste Merci pour ce travail qui permet aux camions de partir à l'heure, pour livrer en temps voulu, le livre sur l'étagère où je vais savoir le trouver.

 

Un jour peut être je raconterais l'histoire d'un livre et son périple, avant d'arriver sur l'étagère où je saurais le trouver...



 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michelle Bourgoin - dans Méditation du jour
commenter cet article

TIKI'me