Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 10:58

24 JOURS POUR 24 ENFANTS  LA CHAINE DE L'ESPOIR

 

 

 

 

 

 

 

Je m'appelle LAMINE, et j'ai 7ans.

Lamine

Lamine, 7 ans, vit au Mali. Pas d’école pour lui. Il est malade. Il fait syncope sur syncope au moindre effort. La maladie s’ajoute à la pauvreté. La misère quotidienne. L’angoisse du lendemain. La lutte de chaque jour. Inquiète, la famille a conduit Lamine chez un médecin à Bamako…

Diagnostic : sténose aortique.
À l’hôpital, le cardiologue a très vite établi le diagnostic. L’enfant est né avec une grave malformation du cœur : un obstacle majeur au niveau de la valve aortique empêche la bonne circulation du sang. Lamine est menacé de mort subite à chaque effort. Il faut intervenir.

Evelyne Dhéliat s'engage pour Lamine par chainedelespoir

Jusqu’à la dernière défaillance…
Faute de structures adéquates, rien ne peut être tenté au Mali. Si nous n’intervenons pas, le destin ira jusqu’au bout du malheur… Jusqu’à l’instant de la dernière défaillance. Fatale celle-là.

Il faut agir vite
Vous seul pouvez éviter le drame annoncé. L’unique façon de sauver ce petit garçon reste l’opération à cœur ouvert. Où ? En France. Un geste simple et codifié permettra de le guérir. Immédiatement, le sang trouvera son flux normal.


Nous devons agir. Vite.

 

Déjà, une famille d’accueil est mobilisée. Le chirurgien est prêt à intervenir. Donnons à Lamine la vie normale d’un enfant de son âge.

Environ 6 000 euros… c’est le prix d’une vie. Le geste que vous vous apprêtez à faire participera à la course contre la mort que nous engageons aujourd’hui.
Si 120 internautes donnent chacun 50 euros nous aurons sauvé cet enfant. Tous ensemble. Chaque don est un pas vers la guérison. 

Faire un don

Repost 0
Published by Michelle Bourgoin - dans LA VIE tout simplement
commenter cet article
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 10:56

 

 

Il y a des dates que l'on voudrait effacer à jamais...et en écrivant ces mots j'entends comme en écho, le rire de mon frère y répondre :

 

"et oui, ma soeur c'est ça, tu effaces toutes les dates qui fracassent ta vie, et chacun fait la même chose, tu imagines le bazard dans le monde?".

 

Bon alors je reprends : il y a des dates qui rendent la journée compliquée..."Ca te vas mieux comme ça?"

 

Pas vraiment dirait il :

 

"parce que tu me connais...Carpe Diem... prendre juste l'instant de cette journée qui scintille, celui qui en fera une étape, un chemin, et avancer un pas après l'autre. Se souvenir redonne vie à ceux qui sont partis, mais se souvenir dans la tristesse les rend tristes aussi. Moi je me balade dans un rire de tendresse, en attente de vos joies, et de vos rires. Je suis le baladin des étoiles, celui qui jamais ne vieillira, qui veille sur vos années et vos bonheurs. Penser à moi avec la détresse au coeur, c'est comme aller à l'encontre de qui j'étais. J'habite en chacun de vous, au coeur de vos souvenirs, vivants, radieux et libéré. Ma présence ne peut être réelle qu'à partir de la joie de ce que nous avons vécu ensemble, et la tristesse est un éteignoir d'étoile. "

 

Aujourd'hui est un jour qui chaque année me replonge 1an, 5ans, dix ans, quinze ans en arrière. Quinze ans que je sais que plus jamais nous ne rirons ensemble petit frère. Et dans mon jardin ce matin,  je cherche un oiseau quelque part qui me ferait comme un clin d'oeil, pour chanter avec lui.

Repost 0
Published by Michelle Bourgoin - dans LA VIE tout simplement
commenter cet article
29 octobre 2010 5 29 /10 /octobre /2010 16:07

Cette nuit une toute petite fille a montré le bout de son nez. Elle est la fille de la fille de mon amie.

 

Je me souviens...d'un berceau acheté par sa grand'mère, sur un coup de coeur, à un moment de sa vie qui n'était pas simple. Elle a eu besoin ce jour là de regarder l'avenir, d'imaginer un petit de ses petites dans ce berceau. Elle a mis tout son coeur pour refaire ce berceau, l'habiller, le mettre en avant, comme pour dire que demain est important, aujourd'hui est un peu gris, mais demain, mes filles, demain est soleil...Elle a crée le soleil dans sa vie.

 

Nous avons fait ensemble un bout de chemin professionnel, elle m'a beaucoup appris, tant apporté. Nos complicités ne sont pas exprimables, elles reposent sur la confiance, la tendresse, le soutien, la force et nos faiblesses.

 

Elle a un jour, sur la foi de ce berceau d'avenir, imaginé que peut etre, oui certainement, oui, on y va, elle a imaginé un nouveau concept et a crée SONGES DE BEBE : on ne décrit pas Songes de bébé, il faut y aller, toucher, se promener, voir...

 

AUjourd'hui, elle a pris sa voiture, grand'mère toute neuve, soleil au vent, sourire aux lèvres...CHUTTT on ne dérange pas....Il y a un miracle qui commence, un lien que rien ni personne ne saura défaire, de la poussière de tendresse en puissance : Mamilyne et Daphné se racontent la naissance, le bonheur, les calins...

 

Avec toute ma tendresse à Evelyne, Claire et Daphné.

Repost 0
Published by Michelle Bourgoin - dans LA VIE tout simplement
commenter cet article
6 mai 2010 4 06 /05 /mai /2010 16:54

c'est une lumière quand même...


Et depuis une semaine, nous vacillons avec elle. 4202519693_0ac3c338f4.jpg

 

 

 

Peu importe ce que l'on peut dire, peu importe ce que l'on peut penser, ce qui importe là, aujourdh'ui, chaque instant, c'est qu'une petite flamme vacille, et nous vacillons avec elle.


Ce garçon qui venait de "plus loin", qui a eu dans la vie un Roc à ses côtés pour guider ses périlleuses traversées, un père, un papa, un homme brisé qui tient car il faut tenir.


Aujourdh'ui son "Roc" est là, près de lui. Et nous, dans cette attente, ne savons comment étendre nos protections pour aider, simplement, aider, par la pensée, n'osant tendre la main, de peur d'éteindre la lumière.


 "Courage", me dit-on, mais ce n'est pas moi qui doit avoir du courage, ceux qui souffrent avec lui ont la force de l'amour, de l'engagement, de la présence inconditionnelle. Nous, nous avons mal pour eux, et nous essayons seulement d'insuffler par les mots, l'énergie qui fait qu'un pas après l'autre, les épreuves s'effacent.


On dit que dans les grands comas, parfois le geste, la tendresse, la voix, passent le mur de la conscience et apaisent. On dit aussi que la force de la pensée peut écraser des montagnes, se transmettre de l'un à l'autre. On dit tant de choses. Pourtant, croire ou ne pas croire là n'est pas important, ce qui importe, c'est que si "c'était vrai" et qu'on passait à coté...Alors je lui parle, j'envoi vers cet enfant, car on est toujours un enfant pour ceux qui nous ont vu grandir, j'envoi vers cet enfant, la tendresse d'une grand'mère, la caresse de l'enfance, les mots qui mettent en paix, la chaleur du soleil, la vie, la vie, la vie...


J'ai mis du temps à écrire ici, ce drame, car il ne m'appartient pas, pourtant, si son père me lit, qu'il se dise que ces mots ne sont que le reflet de toute la tendresse qu'on leur porte. Je crois en la force de la pensée, de l'amour et du partage. Peut etre ces mots auront-ils à se faire un chemin vers lui, pour que la petite flamme vacille et se relève...


A tous ceux qui passent, et qui lisent ... juste une pensée de tendresse pour un petit garçon devenu grand, que la vie a encore fracassée en rencontrant la brutalité et l'agression.

Repost 0
Published by Michelle Bourgoin - dans LA VIE tout simplement
commenter cet article
20 avril 2010 2 20 /04 /avril /2010 15:54

Le silence d'une naissance, l'émotion revécue, année après année, la naissance de mon fils, second petit de la tribu, bout de garçon affamé de la vie, qui depuis tout ce temps, est encore dans mon coeur, mon tout petit bonhomme.


J'aime tes enthousiasmes, tes cris du coeur, tes passions, je souris à tes grognements qui ressemblent tant à ceux de ton père, je me dis que ta chérie va devoir elle aussi, décoder et recadrer, je savoures l'attente de cette fin de journée, qui me dit que demain, un p'tit loup aux yeux sombres, aura 37ans...


Il m'arrive parfois, en levant le nez pour te regarder, de me demander comment tu as osé grandir autant, comment le temps a filé devant nous. Puis je souris parce que je me sens encore l'âme de mes 26ans, alors que oui, les années ont filées et m'ont tricotées à l'envers : 26ans ou 62ans? heu, bientot 63 zut alors. Et te voilà avec tes idées, tes discussions, ta tendresse, comme un grand gars qui me déboule dans le coeur, à chaque retour chez toi.

 

 

Bon, il est d'usage mon fils, de souhaiter quelque chose pour un anniversaire. Alors je te souhaites les grands espaces du coeur, le vent de la tendresse, l'harmonie des sensations, l'idéal toujours présent. Laisses toi guider par le plus profond de toi-même, tu sais avec conscience et parfois inconscience, ce qui est bon pour toi. Utilises autant l'intuition que la raison, car chez toi, elles sont des forces qui te poussent à tes extrème et surtout, cultives la tolérance et apprends à transmettre.


Juste mes bras autour de toi, ptit loup, grand loup, mon fils, je t'aimes. Que cette journée soit pour toi, le début d'une année de joie et de découvertes.

Repost 0
Published by Michelle Bourgoin - dans LA VIE tout simplement
commenter cet article
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 08:58

Un Toit pour les abeilles

  abeille-fleur-mauve-trans.png

Pourquoi ce titre? Parce que j'ai découvert ce site et ces apiculteurs, qui proposent aux particuliers et aux entreprises de "parrainer" une ruche, ou une partie de ruche.


J'ai trouvé l'idée belle, car on dit que le jour où disparaitront les abeilles, le monde s'éteindra très vite. Parfois j'ai le sentiment d'être comme penchée sur l'avenir pour mes petits enfants. Et je tente de rendre mon petit coin de terre en bon état, un peu plus propre peut être, au moins aussi propre qu'il était.


Il m'arrive lorsque je travaille, seule devant la colline ensoleillée, de me dire que "mes" abeilles bossent elles aussi, dans "notre" ruche. C'est une sorte d'échange en continu, elles font du miel, j'écris et je cherche comment transmettre un peu de ce que j'ai appris.


Je ne peux pas vous montrer la photo de la ruche, car le logo n'est pas assez fin pour pouvoir le poser sur la ruche. Il  me faut retrouver le fichier que j'ai dû égarer sur un disque quelque part. Mais ce n'est pas important de voir la ruche, l'essentiel est de savoir que des abeilles, ont un toit non?


ALors il me vient de ces associations d'idées qui parfois touchent le point essentiel : si chaque être humain pouvait avoir un toit pour manger son miel...Mais là je rêve, il n'existe pas à ma connaissance de parrainage pour les sans - abris en France. Je participe bien sûr à d'autres parrainages,(La chaine de l'espoir) mais ici, à coté de moi, je sais qu'il faudrait aussi un toit pour les enfants...

 

En attendant de trouver peut etre un jour, le moyen d'agir plus et mieux, je distribue mes petits pots de miel, et je me prends pour Winnie l'ourson... Bonne journée laborieuse les abeilles...

Repost 0
Published by Michelle Bourgoin - dans LA VIE tout simplement
commenter cet article
4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 11:31
Elle écoute dans sa cuisine une musique qui ne parle plus qu'à elle peut-être. Elle s'affaire, les oeufs, la farine, le rhum et les fruits confits.Elle laisse aller son âme au coeur de la musique, petites chansons simples, qui la projettent loin dans le passé, et oui, déjà c'est le passé, l'enfance de ses enfants...le chemin se fait plus rude et elle longe encore les rives vives d'une souffrance initiale, laissant à la musique le soin d'arrondir sa propre adolescence, ce moment où presque adulte, elle a laissé un morceau d'elle-même.

Elle mélange le sucre, les oeufs et le beurre, comme l'indique ce vieux bouquin de cuisine, puis laisse encore aller son âme vers un futur impossible...Si ... alors j'emporterais aujourd'hui ce gâteau pour elle aussi, nous aurions certainement des chamailleries de mère-fille, et elle me dirait que ces petits aujourd'hui n'ont plus la vie qu'ils devraient avoir, parce que de son temps... elle rirait aux éclats, ca oui, et puis je rentrerais chez moi, les sachant bien tous les deux, les amoureux de mon enfance. Si...

Puis la musique change, grâce à la magie de cette petite machine qui mélange les genres, les titres et les époques, voilà qu' elle plonge dans l'adolescence quand ils chantaient "Michelle ma belle et yellow submarine" et là, un sourire se fait devant la bande de copains, le bandjo qui grince et les discussions sur un avenir que l'on savait extraordinaire. Elle sent l'herbe fraiche et l'air de la campagne lyonnaise, elle revoit les orages d'été et les futilités tellement importantes, elle roule en vélo rejoindre sa cousine, sa soeur, son amie...Elle a 15 ans et rien jamais n'arrivera que la joie, l'insouciance, et l'amour. Elle a 20 ans et tout l'amour du monde dans un regard sous la neige.

La cuisine et la musique quel mélange détonnant parfois. Elle comprends mieux pourquoi elle ne s'y met que par petites touches :)

Et la petite machine sait que l'on ne vit pas dans les souvenirs, ils ne sont là que pour renforcer la réalité quotidienne d'une note de tendresse, parce que finalement, c'est une immense tendresse qui monte de ces musiques qui  ne parlent plus qu'à elle, alors la petite machine mélange les années, les titres et les artistes, brassant à la folie le coeur et l'âme.

Les cakes sont bien cuits, juste grillés à point, à la sortie du four. La musique s'éclate sur des airs d'aujourd'hui, elle se brûle un peu comme d'habitude, grogne en démoulant les gâteaux, puis retourne à un quotidien rempli d'un peu plus de tendresse et de joie. Oui, les souvenirs parfois, même quand ils font un peu mal, sont des réservoirs de joie.

Et sur la route cette après-midi, dans la voiture, la musique à fond, elle sentira l'odeur de cake avec un petit sourire...Ce gâteau là il contient bien plus que les oeufs, la farine et le rhum non?


IPOD TOUCH 32G   Il est toujours à vendre !
Repost 0
Published by Michelle Bourgoin - dans LA VIE tout simplement
commenter cet article
5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 19:06

Je le fais chaque année, pour chacun de mes petits, ce geste enveloppant de deux bras qui bercent et qui protègent, je le fais chaque année pour les anniversaires, comme pour reprendre un instant interrompu, offrir encore une fois, cette toute première fois, à chacun de mes petits.

Et puis, année après année, voilà qu'ils atteignent l'âge que j'avais lorsqu'ils sont nés et je parviens alors (avec difficulté disent-ils) à considérer qu'ils sont adultes, autonomes, responsables, alors que je les "vis" encore comme mes "petits" enfants.

Celle que je berce ce soir, pour célébrer demain matin la naissance, n'a pas encore atteint l'âge que j'avais le jour de sa naissance, c'est encore pour moi une toute petite, bien qu'elle pense en son fort intérieur, que non, vraiment, elle n'est pas si petite. Et... je crois bien qu'elle a raison.

Elle a eu une vie, un enfant magnifique, un amour éperdu, et puis, elle a vécu la déchirure, la remise en question, l'impossible possible, et voilà qu’elle aborde peu à peu le renouveau, par petites touches tendres, furieuses ou sérieuses.


Elle a la connaissance intuitive et innée de ce qui est le mieux pour son petit à elle, elle a tant grandit cette année, qu'il me parait incertain de lui dire ce soir : "il y a 29 ans, tu étais toute petite comme "ça", je serrais mes bras autour de ta chaleur, découvrant ce fracas d'émotions qui nous viennent à nous, les mères, lorsque pour la toute première fois, nos bras serrent le petit qui vient tout juste de naître".

Je n'ose pas ce soir, lui dire ma tendresse tant je la sens fragile, perdue, forte à la fois. Je n'ose pas lui dire que je suis encore son refuge, et sa source lorsque le noir colore en de sombres nuages, son ciel ensoleillé. Je n'ose plus que sur la pointe du cœur, tendre ma main, ouvrir mes bras, et juste ...faire un câlin, parce que les câlins, quelque soit l'âge que l'on a atteint, c'est toujours bon à prendre non?

Demain, tu fêtes le jour de ta naissance, comme une nouvelle vie qui prend son envol. On dit que la période qui suit l'anniversaire, est la plus belle période de l'année, comme si l'on nous offrait quelques semaines de "possibles".

A l'aube de cette trentième année qui s'annonce, je voudrais te souhaiter des mondes lumineux, la paix de l'âme et du cœur, la douceur et la force. On dit qu'à 30 ans, une femme est à la plénitude de son avenir. Fais de cette année un tremplin, construit tes rêves, et brise les barrières, ne laisse personne décider de ta vie, de qui tu es, de qui tu dois être, écoutes ton intuition, et agit toujours selon les lois du cœur. Ne renies rien de ce que tu as vécu, fais en ta force, ton étendard, laisses agir en toi les larmes et les joies, comme des sillons ouverts à de nouveaux possibles. Gardes précieusement tout au fond de ton cœur, les instants merveilleux, et laisse aller ceux qui ont creusés ton âme. Oublies les chagrins, gardes les souvenirs, ouvre tes mains et ton cœur, et savoures ma puce, savoures l'instant qui vient, chope le à pleines mains, profites de la vie.

Je t’aime.




Repost 0
Published by Michelle Bourgoin - dans LA VIE tout simplement
commenter cet article
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 11:09

Hier j'ai lu avec attention, tous ces vœux qui se baladaient sur la toile, des vœux merveilleux, des vœux matériels, des vœux de bonne année, de bonne santé, de tout ce que l'on "vœux"...

Et je me disais qu'il est drôle de constater que chaque année, le 31 décembre, reviennent ces vœux avec une telle force, que c'est comme une énergie incontrôlée, qui balaie la planète, comme si l'on espérait, que la magie des mots, des écrits, des paroles puissent accomplir tout ce que l'on n'a pas "eu" tout au long de l'année. Et ce matin le monde est toujours aussi bête, aussi talentueux, aussi laborieux, aussi merveilleux. Rien n'a semble t'il changé malgré les vœux acharnés qui circulent. -J'avais écrit "chanté" pour "changé"...Intéressant non?

Hier je n'avais pas envie, pas le courage, juste le blues, et écrire des vœux ne me parlait pas. C'était le dernier jour de l'année, et puis la dernière heure de l'année, et basta. Oui, pour moi, le 31 décembre, n'a jamais été  une fête scintillante, c'était juste une soirée pyjama en famille, prétexte à des câlins fou-rires, ou des soirées calmes devant la cheminée.

Ce matin pourtant, il me vient des fourmillements dans les mains, car, comme le dit Jade dans ce petit bouquin merveilleux "Jade et les sacrés mystères de la vie",

-Il parait que je suis née au milieu d'un champ de possibles-4052270559_1a0ee92f8f.jpg


Alors si je suis née dans un champ de possibles, vous aussi. Et je pourrais vous souhaiter de libérer vos possibles ?

En fait, souhaiter une "bonne année" est un non sens, nous pourrions par exemple nous souhaiter un "instant VIVIFIANT, un instant merveilleux, un bon instant ?", vous savez celui là, qui est là, ici et maintenant. Celui qui passe dont on ne fait rien, celui qui passe sans qu'on le perçoive, celui que l'on regrette parce qu'il n'a pas été vécu...

Oui, je nous souhaite de vivre un INSTANT MERVEILLEUX, à chaque instant de notre vie. Vivre sa vie de façon extraordinaire à chaque instant, c'est un beau "possible" non?

Ceci dit, ce n'est pas si simple, il parait que pour vivre un INSTANT merveilleux,  il nous faut un ingrédient qui se cavale chaque fois qu'on souhaite l'attraper : le lâcher prise... Etre dans l'instant plutôt qu'AVOIR le temps. D'où le titre de l'article. CQFD.


CARPE DIEM
Met à profit le jour présent (moi je dirais l'instant présent, et dans la joie de préférence...)


Alors voilà, je nous souhaite à tous, UN INSTANT MERVEILLEUX A CHAQUE INSTANT DE NOTRE VIE. Racontez moi...

Repost 0
Published by Michelle Bourgoin - dans LA VIE tout simplement
commenter cet article
29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 17:00
Un ruban bleu de ciel souligne comme un maquillage le sommet de la colline.

009.JPG


C'est la fin de la journée, le ciel semble s'étirer en bleu, rose, beige et gris comme pour se préparer à la nuit.Ce pays est surprenant, toujours changeant, laissant apparaître la lumière et le bleu du ciel comme un espoir.

Un ruban bleu de ciel souligne le sommet de la colline, et
ces jours de fin d'année sont comme des bonbons que l'on aurait gardé pour bien en profiter, et qui, le moment venu, semblent ne plus avoir le goût que l'on imaginait.  Ils sont comme le reflet de tout ce que l'année a apporté, un résumé, une attente, un espoir peut etre.



008.JPG



 
Repost 0
Published by Michelle Bourgoin - dans LA VIE tout simplement
commenter cet article

TIKI'me