Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 janvier 2008 2 22 /01 /janvier /2008 16:56
undefinedUne nouvelle fois, mon job m'amène a vous parler du pays merveilleux dans lequel je vis. Vivre dans le Var est un vrai cadeau.

Par mon activité professionnelle, il m'a été offert la possibilité de vivre deux heures d'un pur enchantement en parcourant  le Domaine du Rayol    http://www.domainedurayol.org/ 

Les chemins du Domaine se découvrent peu à peu, il m'a bien fallu 20 minutes avant de communier avec le lieu. Une route goudronnée rassure au début de la promenade, puis, le regard se perd dans un environnement étonnant. Alors l'envie de se fondre avec la nature nous pousse à emprunter les petits sentiers qui bordent la route. Là, on se laisse porter par la vie. Le jardin "planétaire" se laisse découvrir avec parcimonie, parfois avec fulgurance, souvent avec prudence.

On a tout d'abord très envie de la mer...voir, entendre, toucher la mer, alors nos pas naturellement nous guident au son des vagues. Un arrêt sur un arbre laissé là pour nous, le regard se perd dans le soleil aui flirt avec l'eau, à travers les feuilles d'un eucalyptus. Et comme une régénération nous pénètre, nous forçant à mettre un pied devant l'autre, pour emprunter un chemin plus étroit, menant à l'ombre de grands arbres, à la découverte de buissons inconnus. La mer alors parait trop lumineuse, trop rude, trop belle...On aborde autre chose, un autre chemin...

Tout à coup, un choc, le souffle coupé, une immense fougère émerge d'un ravin de plusieurs mètres. Cet endroit raconte une histoire, qui ne doit jamais être la même au fil des saisons. Je reste là, longtemps, apaisée, à l'écoute d'une mer cachée, au creux d'un vallon, devant l'immensité de ces fougères dont je ne soupçonnais pas la diversité. Je ne pense plus, je ne suis plus, tout est nature, vivant, palpitant.

Au bout d'un long moment, je ne saurais dire en nombre de minutes, juste en perception d'"Etre, me voilà repartie, frustrée de devoir avancer, heureuse pourtant de le faire. Et j'entre dans une forêt de bambous, qui mènent à une cascade dont le bruit limpide endort peu à peu toute perception autre que celui de la nature. Un banc de pierre acceuille celui qui ne sait plus ni où ni qui il est ici. Le lieu est étrange, un vieux puit encadré de rochers attire ma curiosité, mais bien vite, je rejoins le banc, me sentant en sécurité pour admirer de loin, un lieu étrange par ses formes, ses habitants, la palpitation de la vie qui pourtant s'y rattache.

il me faut reprendre le chemin, qui peu à peu devient plus dense, plus fort, plus battant. Au détour de ce chemin du retour, trois ou quatre cyprès m'élèvent jusqu'à l'abîme d'un ciel bleu profond. cipres.jpgJe me gâche le moment en prenant en photo ce qui ne peut se "prendre", je me retourne alors, et prise d'une frénésie de "souvenirs" je bombarde les arbres environnants de photos.



Il y a là, un eucalyptus immense, qui berce ses branches en laissant un sillage de fragances purifiante, alliées au parfum envoutant de son amis le mimosas, gardien de cet arbre, à ses pieds, comme un compagnon fidèle et pourtant étrange.

Tellement étrange, que lorsque je visionne les photos, je m'aperçois que le mimosa a la forme d'un....animal. Ce mimosa aux pieds de l'eucalyptus, garde t'il le secret d'une vie que l'on ne perçoit plus? La force de ce lieu, en cet instant, reste inoubliable. 
                                 
undefined


Et cette perception de force, de vie, de vitalité est renforcée plus loin par un Palmier étonnant, et tellement vivant.undefined














Ce ne sont que quelques pas dans un monde à découvrir. J'y retournerais bientôt.
            










Repost 0
Published by Michelle Bourgoin - dans La vitalité
commenter cet article
19 juillet 2007 4 19 /07 /juillet /2007 14:55

Lorsque le stress est trop fort, que la fatigue vous plombe, que les enfants vous semblent lourds, que le travail vous harcèle le moral, quelles sont vos recettes pour vous ressourcer?

-Lire - Ecrire - Nager - Téléphoner à ... - Courir - Aller sur internet - Regarder un bon film
- Respirer ...

Il est important de connaître ses propres "activateurs de ressource." Il est prouvé qu'un travail intellectuel par exemple, peut créer une grande tension, donc générer à terme du stress. Pour éviter que ce stress ne devienne polluant, pour le laisser dans la zone dite "productive", il convient de repérer en premier lieu le moment où tout bascule, et ensuite, les moyens qui permettent de retrouver l'équilibre, qui nous permettra ensuite de revenir à ce travail. 

Pour toute activité, le shéma est le même. Si nous nous fatiguons physiquement, il est assez facile de repérer le moment où l'on ne peut plus avancer, alors nous nous arrêtons, et nous prenons du repos. 

Pour le stress accumulé au jour le jour il nous est plus difficile de reperer cet instant "où tout bascule" car le phénomène -stress actif" et stress négatif est assez pernicieux. Consulter le site LVA 
http://www.lva-coaching.com/ pour connaître le processus du stress.

Dans ce petit article il nous est dit que le stress au début est positif, pourvoyeur d'énergie, utile et efficace. Puis vient un moment, ou des stress répétitifs épuisent notre organisme. C'est ce moment de bascule que nous pouvons éviter. 

Si nous prenons le temps du recul, lorsque nous subissons un stress intense, et qu'il se répète, nous pouvons retrouver notre équilibre de Vitalité. Nous avons alors besoin de  nous concentrer afin de reconnaître ce qui se passe, puis d'apporter la  réponse adéquate , au  moment opportun, en positionnant une action adaptée.

Il s'agit de déterminer l'instant critique. Cet instant où tout bascule. Pour cela, nous disposons de capteurs internes qui nous envoient des signaux. C'est ce que j'appelle nos "warning". 

Je vous propose pour aujourd'hui un petit exercice très simple : chaque fois que vous vous sentez stressé, chaque fois qu'un évènement vous énerve, chaque fois que vous vous heurez à une contrainte, tentez de déterminer ce qui, en vous réagit : 

Exemple : lorsque le stress s'accumule en moi, je sais qu'il me faut trouver une action adaptée pour faire cesser le processus lorsque je commence à m'énerver en voiture, ou que je prends toute remarque comme une insulte personnelle. Bien souvent, il me suffit alors de me donner la permission de faire une chose dont j'ai très envie, ou de marcher en respirant, ou de nager quelques minutes, ou de m'asseoir avec un bouquin, et tout rentre dans l'ordre. Si j'ignore ce "warning", je sais que le lendemain sera un jour sans énergie.


L'idée n'est pas de s'auto-analyser sans cesse. il suffit d'être attentif à soi-même pendant quelques instants afin de garder le contrôle et d'éviter de basculer dans le stress répétitif.

C'est tout pour aujourd'hui. J'attends vos commentaires, vos questions, vos suggestions. Il ne s'agit en aucun cas d'une technique professionnelle. iL s'agit de trouver de petits outils qui simplifient la vie.

Repost 0
Published by Michelle Bourgoin - dans La vitalité
commenter cet article

TIKI'me