Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 octobre 2009 3 07 /10 /octobre /2009 09:05
Depuis quelques mois, le mot de Management prend des allures d'interjection, voire parfois d'insulte. Comme si le fait de "manager" des hommes devenait une position de mauvaise presse...

Pourtant moi, j'en connais de ces hommes et de ces femmes qui exercent cette position avec éthique, humanité et recherche du mieux pour leur équipe. J'en connais de ces hommes et de ces femmes qui font grandir leurs collaborateurs, faisant parfois oeuvre d'éducateur plus que de manager .J'en connais de ces hommes et de ces femmes qui prennent le temps de leur vie personnelle pour "etre avec" plutôt que de "faire faire". J'en connais oui.

Alors pourquoi faut-il toujours se retrouver confronté au pire de ce qui peut exister : le harcèlement, le petit chef, la froideur au service de l'économie, le harcèlement inhumain?

Tout simplement parce que nous aimons nous faire mal, nous ne savons pas trouver ceux qui cherchent le mieux, nous préférons regarder ceux qui font le mal. Je sais que la critique peut être salutaire et, dans certains cas, elle est même une sauvegarde pour les employés, pourtant, j'aimerais parfois que l'on mette en avant, aussi, tous ces hommes et toutes ces femmes qui, humainement, avec humilité, font grandir leurs collaborateurs, dans la dignité et le professionalisme.

Oui j'en connais de ces hommes et de ces femmes, et j'aimerai un jour, vous les présenter. Peut-être le ferais-je au fil d'une chronique...

En attendant, bonne journée à tous, et que le management soit pour vous, une ressource et non une contrainte...
Repost 0
Published by Michelle Bourgoin - dans Management
commenter cet article
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 17:42
Le cœur des mères se liquéfie, devient tempête, ravageur et impuissant. Les larmes de  ma fille, secouée de sanglots, seule au fond du jardin, à la fin de l'été...Les larmes de son fils, à l'orée de l'automne, qui perd ses copains, sa maitresse, et puis la main de Lou...Du fond de la souffrance je sais moi, qu'il y a, comme un éclair, une petite étoile, un espace minuscule qui construit l'avenir. Pourtant, non, jamais, je ne pourrais supporter les larmes de mes enfants, de mes petits enfants. C'est ma fragilité, mon talon d'Achille, ma faiblesse Lorsque pleurent nos enfants, le cœur des mères devient fragile.

Aujourd'hui ils pleurent, et demain sera bleu, jaune, éclatant, de rires et de jeunesse, d'espoirs aussi. Pourtant, une blessure est là, qui ne s'éteindra pas. Et je n'aime pas, vraiment pas, que ma fille vive cette déchirure : les larmes de son fils.  Je voudrais parfois prendre cette souffrance, l'éviter, l'évincer, la chasser. Mais ils grandissent nos enfants, et il leur faut affronter à leur tour les larmes de leurs enfants. Je n'ai pas le droit de prendre, d'éviter, d'évincer ou de chasser ce qui leur appartient.

Alors du fond de ma mémoire, j'irais chercher la tendresse d'une grand'mère pour prendre la main du petit, la tendresse d'une mère pour bercer la grande, le rire de la jeunesse, les histoires d'enfance, tout ce "fatras" de grand’ mamie, dans son rôle, à sa place...sur le fil du rasoir, évitant de prendre ce qui ne m'appartient pas, trouvant les mots qui font rebondir, qui donnent le sourire, les jeux d'enfance qui fabriquent les souvenirs.
Facile d'écrire, moins simple d'être en toute authenticité disponible sans envahir, à l'écoute sans intrusion, inquiète sans peser, attentive simplement...

Quand pleurent nos enfants, le cœur des mères s'affole : comment calmer la folie qui s'installe alors qu'ils ont besoin de tant de sérénité? Serais-je à la hauteur? Je sais que certaines théories nous parlent de "résilience", et tout ce baratin. Intellectuellement, ca me va, mais franchement les mères, ca vous dit quoi à vous de voir pleurer vos enfants? Ca vous rassure de savoir qu'ils "peuvent" se construire sur leurs épreuves? Au moment du chagrin, c'est la rage qui envahit, puis la tristesse aussi, malgré toutes les théories, quand pleurent nos enfants, le cœur des mères lui rugit...
Repost 0
Published by Michelle Bourgoin - dans LA VIE tout simplement
commenter cet article
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 15:42
Le premier dont je me souvienne, était autour d'une "petite maison grise". J'avais 5 ans je crois, car le souvenir qui me revient c'est une allée de graviers, assez longue pour apprendre à faire du vélo et mon père qui me lance, me soutient, m'encourage et...me lâche. Moi, à toute vitesse, sans prendre le temps de savoir comment on s'arrête ..chute..mais quelle fiertée, une première fois sans les "roulettes"..pemiers genoux couronnés!!

Le second jardin qui m'habite est celui de mes grands parents : une grande maison, entourée d'un parc dans lequel mon grand'père avait planté des arbres de toutes essences, des iris plein les massifs, des rosiers devant la maison, un  marronier avec la table pour le gouter...Au fond du jardin, un immense sapin sur lequel les 12 cousins et cousines grimpaient de branche en branche : tout en haut on était les rois du monde.

Pour le vélo c'était génial : il y avait la "grande descente" dans laquelle mes frères et cousins installaient des tremplins, nous nous lancions ma cousine et moi comme des dingues, cobayes des garçons qui eux, la plupart du temps se défilaient.

Il y avait la "petite descente", qui passait devant la cuisine, avec ma grand'mère qui sortait en criant : "pas si vite, tu vas tomber" Et paf, vive la prédiction!!! Que de chutes sur ces cailloux monstrueux...Mais quelle adrénaline de s'élancer chaque fois en se disant que oui, cette fois, on irait encore plus vite.

Il y avait aussi le jardin du fond : un sentier entre les buis où nous testions les voitures fabriquées par mon frère. Que de chutes, de robes déchirées, de fous rires et de larmes. Là était un buisson de framboise que l'on massacrait en tombant en plein coeur.. Un chataignier aussi, et les légumes de mon grand'père...

Il y avait le poulailler ou chaque matin nous allions porter à manger aux poules, les oeufs du matin, un régal...Il ya avait les cousins, les cousines, ma grand'mère, la tendresse, la rudesse...

Le troisième jardin où je flane parfois, est celui de la maison de mes parents : 13 chênes, une grande prairie, un potager plein de merveilles et ma mère, le derrière en l'air, penchée sur ses trésors, nous préparait les légumes du soleil, ceuillis avec amour, cuits avec tendresse.

Il y avait les poiriers, et le souvenir de nous deux, toi et moi, seuls au monde regardant le ciel...

il y avait le vieux landau que maman avait retapé pour son petit dernier : quelles rigolades lorsque nous te promenions la dedans Jean-pascal, tu riais aux éclats comme tu as toujours fait, déjà tout petit ton rire nous éclatait aux oreiles, et ce vieux landeau bleu indigo, comme on l'a préparé avec amour.

Il y avait un prunier derrière la maison, plein de prunes soleil, dont les abeilles se gavaient. On leur laissait le prunier, parce qu'une abeille à la maison, c'est du bonheur disait maman.

Il y avait le vieux puit à main : une pompe pour monter l'eau, une eau trop délicieuse. Souvenirs de mon père chaque matin qui pompait, qui pompait, un vrai shadock!!Et nous les "grands" on riait, de le voir regarder avec amour,  maman assise sur le petit banc de pierre, qui soignait les pétunias. Et oui, les pétunias : grands habitants de la maison, partout ils poussaient et jamais on ne s'en lassait.

J'avais 15 ans, le blues de l'adolescence dans la chaleur de l'été, je me souviens de ces après-midi toute en langueur, où je découvrais le monde avec un "transistor", radio qui captait le monde entier...

Un autre jardin habite mon souvenir : De gands eucalyptus, une allée qui n'en finit pas, un parc plein de mystères où couraient mes petitsf... L'odeur des eucalyptus qui ne me lâche pas, je cherche sans arrêt mes souvenirs dans cette odeur d'été. Ma toute première qui, à six mois découvre ses grands parents, et toujours l'odeur entetante des eucalyptus, mon ptit gars qui galope à l'assaut de la citerne, nous étions inconscients de laisser ces deux enfants courir ainsi, mais quelle magie...


et vint le petit jardin de chatou, ma maison, mon refuge, le nid de mon troisième bébé : du jour ou tu as dit : on n'aura pas de nouvel enfant tant qu'on n'aura pas une maison, je n'ai eu de cesse de la trouver...En trois semaines elle fut trouvée. Petite maison biscornue, pleine de nos joies, de nos chagrins, de nos vies. Jardin nu et triste qui devint peu à peu un ombrage  protégeant mes petits, jardin lilas, jardin rosiers, jardin poissons....combien de fois je me suis assise dans ce petit jardin, laissant aller mes pensées, puis reprenant le collier d'une vie intense. Et jardin qui fut aussi le refuge d'une "presque quatrième enfant", mon canard vert écorchée de la vie...oui je sais les poissons ont valsés à cette époque, Bouddha le chat : je t'ai vu!

Enfin, le paradis des lézards qui se voit en mutation perpétuelle, fleurs parfois, arbres souvent, herbe l'automne, cailloux l'été, il est le jardin de mes petits fils, né avec Tom. On ne s'y trompe pas d'ailleurs : à coté du petit banc de pierres, le tracteur se repose, le tobogan souffle un peu, et le bac à sable n'attend que la pelle de Joseph...Une histoire qui dure encore...




Mes jardins, souvenirs vivants, s'éclatent comme une bulle d'énergie : lorsque plus rien ne va, que tout me parait insurmontable, je me promène dans mes jardins et j'y trouve toutes les énergies utiles pour aller de l'avant, faire face, repartir...Nos souvenirs sont nos plus belles ressources, a condition toutefois de ne se "recharger" qu'en souvenirs précieux, forts et joyeux...

Repost 0
Published by Michelle Bourgoin - dans Stress
commenter cet article
11 août 2009 2 11 /08 /août /2009 10:51
se demande ou est Joseph,

le ballon attend encore TOm,






















le playmobil pensif, tourne le dos à la piscine,














Peut-être que demain, Grand'mamie jouera avec le petit bâteau triste, puis doucement, le remettra dans son casier avec ses potes jouets pour la prochaine fois.

Tout passe si vite qu'on ne sait pas profiter de l'instant, on se laisse emporter par la frustration de la fatigue, l'énervement du quotidien, la pression du matin...Puis le temps passe et on se dit qu'on est bien ridicule avec notre grande maison vide.

Tom te voilà reparti dans ton pays des caribous;J oseph, ce matin, tout fier, tu a repris le chemin de ta maison : je vous aimes mes loupiots, chacun et tous les deux, fort et doucement, avec tendresse et passion. Alors, dites vous bien que les jouets ne seront rangés que pour mieux s'éclater plus tard, encore, bientôt.

Quand à vous les "grands" pas si grands que ça, je voudrais juste vous dire ceci : l'amour n'est pas ce qu'on en voit, ce qu'on en interprète chez les autres, l'amour c'est une main complice qui vient se poser sur une épaule un jour de grande fatigue, l'amour c'est un mot tout simple, dit à un moment où on ne l'attend pas, l'amour c'est un chemin long et ardu qu'on ne peut vivre qu'à deux, sans laisser à quiconque un droit de regard sur ce qu'il est, l'amour, c'est un instant, un jour, une année, dix ans, vingt ans, trente ans, quarante ans de chemin où chaque fois tout est remis en cause, sauf l'engagement pris de ne pas céder à la facilité d'une fuite ou d'orages inutiles. Juste pour vous dire, qu'à deux, on se les rangera ces jouets et que chaque jour, nous reconstruirons ce qui fait une famille, comme nous l'avons fait depuis quarante ans. Donc pas d'inquiétudes pour les Grands parents, vivez votre vie à fond, soyez attentifs l'un à l'autre, construisez quelque chose dans la durée, la tendresse et la confiance. On vous aime TOUS.

A bientôt les enfants, nous on file dormir, et profiter du petit bâteau qu i s'ennuie....
Repost 0
Published by Michelle Bourgoin - dans LA VIE tout simplement
commenter cet article
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 19:08
Dix ans l' âge de tous les possibles, ou le coeur de l enfance encore eclatant, commence a se teinter du coeur de
l' adolescence...


Tom, il y a dix ans je cherchais avec frénésie un avion pour te rejoindre, petit bonhomme arrivé en avance dans ce pays lointain, choisi par tes parents. Je ne réalisais pas vraiment
qu' on assistait a la naissance ...d' une grand mère.


Je me suis jurée alors de ne rien perdre de ton enfance ,de créer avec toi, un lien si fort, que l' eau qui nous sépare ne serait
qu' un pont sur notre infinie tendresse. J' ai enfin eu cet avion puis les suivants, chaque trimestre, quelques jours de redécouverte, puis tes sejours au paradis des lézards, cette maison qui a ton âge...


Nous avons su chacun, créer nos habitudes : pizza-tele, remplir le taz de petits gâteaux juste avant mon depart, deposer des secrets pour que tu les decouvres, ecrire, telephoner, ne pas ecrire, ne rien se dire, juste s aimer...La distance n est pas l absence, c est un pas a franchir, une nouvelle facon de s aimer a decouvrir a deux.

Aujourd hui, c est encore un avion qui ecrit notre histoire : nous embarquons tous les deux, le jour de tes 10ans, pour raison de vacances, calins, et folles nuits d ete a regarder juste les etoiles.Tu feteras tes 10ans entre le ciel et l eau, entre deux continents, et si nous dormons un peu, nous reverons je sais, a dans 10 ans : ou serons nous, que ferons nous. Nul doute que le ciel et l eau sauront, ou que nous serons, nous relier une fois encore.

BON ANNIVERSAIRE PETIT CARIBOU JE T AIMES
Repost 0
Published by Michelle Bourgoin - dans LA VIE tout simplement
commenter cet article
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 09:36
tu étais tout petit comme ça  :
Je ne te connaissais pas encore, et j'avais passé la nuit à te parler en attendant l'appel de ton papa : c'est un gars!!!

Et d'un coup, un coeur nouveau de grand'mamie de joseph est apparu : plop! comme ça, juste un coup de fil, et un nouveau coeur qui s'ouvre pour un tout petit garçon de ma toute dernière.

BON ANNIVERSAIRE JOSEPH.

L'an dernier, pour tes trois ans, tu étais à la maison, et tu ne voulais pas trop "avoir toizan". Cette année, tu veux être grand "comme 5ans" pour pouvoir faire du vélo sans roulette, et les patins à roulettes de ton anniversaire te paraissent pourtant peu sûrs!!! Je souris avec tendrese, t'imaginant comme ta maman plus tard, derrière son chien, allant chercher le pain en se faisant trainer derrière lui! Promis Joseph, on apprendra à Aristote à te tirer comme Akim le faisait avec maman.

J'aime ces dates qui sillonnent notre vie, elles nous remettent en perspective, l'essentiel : "l'essence du ciel", ce qui jamais ne changera, l'amour que vous faites vivre en moi. Et toi,petit bonhomme si décidé, si hardi et si secret aussi, tu me brises le coeur lorsque je perçois tes immenses chagrins, et tu m'éclates de joie lorsque ton rire est aux éclats. Je crois bien que je t'aimes, fort, fort, plus que comme la lune, plus que comme le soleil, juste comme une grand'mamie folle d'amour.

Bientôt notre rendez-vous d'été avec Tom : on fera des matins "télé" avant que Dad ne se réveille, et des goûters géants, on ira voir la mer, et peut etre pas les méduses cette année, et Tom te lira des histoires lorsque le sommeil n'arrivera pas, tu te souviens, ces soirs si chauds qu'on aurait envie de retourner se baigner, et peut etre que cette année, tu seras "aussi grand que Tom" pour pouvoir te relever à minuit et regarder les étoiles en nageant!!! Oui, nous nous fabriquerons des souvenirs si solides, que rien ni personne, jamais, ne pourra nous les enlever.

Je t'aimes Joseph.

Repost 0
Published by Michelle Bourgoin - dans LA VIE tout simplement
commenter cet article
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 10:39

  En ces temps dits de "crise", il y a un mot qui revient en boucle : LE STRESS.


Il en est du stress comme de tous ces poncifs annoncés à grand coup d'hyper communication : on en use, on en abuse, on le met à toutes les sauces des formations, conseils, séminaires, thérapies!!!

Tout est dans le stress, au secours, je stress parce qu'autour de moi, on ne parles que de stressssssss!!!!

Pourtant, nous avons tous vécus de ces jours que l'on voudrait ne jamais revoir, nous avons tous été confrontés à une réalité inimaginable qui remet les pendules à l'heure, nous avons tous connus de ces "stress" réels, incontournables et...nous avons survécus.

Ce que je voudrais exprimer là, c'est que la médiatisation extrème de ce terme, ne permet pas de le traiter, ni d'en comprendre le mécanisme. Et la surenchère d'une crise annoncée, n'est pas de nature non plus, à apporter l'aide nécessaire à ceux qui sont confontés à des difficultés, des épreuves, ...du stress...

Comprendre le mécanisme du stress est un premier pas. Pour certains, ce processus bien intellectualisé, sera le déclic qui les mènera à une prise en charge plus personnelle. Pour d'autres, ce sera du charabia d'intellos qui ne leur apportera qu'ennui.

Mettre en place un processus d'identification, puis d'appropriation des éléments stressants serait pour d'autres, une bonne approche. Là encore, elle a ses limites. Qui dit processus, dit contrainte et parfois, le stress est arrivé à un niveau tel, qu'une simple contrainte peut tout faire basculer dans un blocage presque irrreversible. Quant à l'appropriation elle est si personnelle, qu'elle ne peut je crois, intervenir qu'après un chemin de réflexion, voire de médiation qui....est très compliqué à mettre en oeuvre lorsque justement, l'on est en état de "stress".

Alors pas de solution?

Si, je crois qu'il y DES solutions, qui ne sont pas stéréotypées, qui sont adaptées à l'évolution de chacun. Je ne crois pas aux "stages" anti-stress, je ne crois pas aux solutions comportementales brèves, je ne crois pas aux remèdes miracles, je ne crois pas à une seule solution mais en une multitudes de liens qui permettent d'entamer, pourquoi pas , une réflexion par un "stage", qui nous mènera peut-être à un parcours comportementale, ou une consultation thérapeutique, ou tout autre élément complémentaire. En fait, le stress est d'abord un processus mis en place par l'organisme pour nous protéger, il est un signal, dont on doit tenir compte. Si l'on ignore ce signal, si l'on se croit tout puissant, capable de résoudre seul un élément si complexe, alors il devient médical... Je résume, mais c'est important de prendre conscience de nos "warnings", de ces petits signes qui nous signifient que l'on devrait s'arrêter, juste s'arrêter pour "voir", comprendre, souffler.

Personnellement, dans des moments de stress intenses, j'ai pu organiser une sorte de processus qui m'a d'abord protégé de l'angoisse, et de la peur, puis, peu à peu, m'a permis de relativiser, et de découvrir une sérénité qui, chaque jour, sera renouvelée. Par contre, si je laisse les choses aller, alors je me retrouve au point de départ.

La lutte contre le stress pour moi, c'est la découverte de soi, d'abord et avant tout.


Il y a quelques années, j'ai écrit avec une amie, un petit dossier expliquant le processus du stress. Il permet de "comprendre".

stressdeclic.pdf stressdeclic.pdf


Ensuite :

"Connais-toi toi-même et tu connaitras l'univers et le monde"



Repost 0
Published by Michelle Bourgoin - dans Stress
commenter cet article
2 mai 2009 6 02 /05 /mai /2009 18:00
...le bruit du vent dans mes arbres.


Lorsqu'il vient me voir, il appelle juste avant, pour éviter de déranger. Il descend maintenant doucement de sa voiture, prenant son temps, évitants les embûches d'un chemin caillouteux qui pourrait le faire trébucher. Il fait cela avec sérénité, le regard tourné vers la cime des arbres, comme pour mieux entrevoir ses oiseaux qu'il aime tant.

Nous prenons tout notre temps pour juste ne rien dire, assis dans le fauteuil sur la terrasse.  Il a le regard d'un enfant devant la nature qui s'éveille, tout l'enchante. Parfois sa mémoire s'égare un peu, mais bien vite il corrige, il sait, lorsque s'échappent ses pensées, les reprendre tranquillement et poursuivre la conversation. Il veut des nouvelles de chacun, et manie l'ironie avec bienveillance devant les errements de ses enfants, des petits enfants, et de ses arrières petits fils.

Mon Père, mon papa, ma tendresse, ce prochain dimanche, le 10 mai, tu auras 85 ans. Et oui, quand on fait des enfants à 20 et 21 ans, il faut s'attendre à n'être pas beacoup plus vieux que ses enfants:). Tu as traversé la vie en fulgurance, puis en souffrances, pour atteindre un rivage de sérénité souriante, de simplicité généreuse. Tu as vu partir ton amour, puis ton dernier petit, tu as survécu à ces chagrins sans jamais te plaindre ou peser sur nos vies. Je t'aimes.

Voilà, j'avais envie d'écrire là, tout de suite, et partager cet instant passé avec mon Père, aujourd'hui. Il vient de rentrer chez lui, et déjà il me manque...mais le rossignol se déchaîne, il n'est, àprès tout, peut etre pas parti?



Repost 0
Published by Michelle Bourgoin - dans LA VIE tout simplement
commenter cet article
24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 15:57
Me revoilà chez nous, au paradis des lézards, plein soleil sur le bureau. Et oui, le 21 avril, j'étais en vadrouille professionnelle, et la clé "3G" refusait de me servir ce soir-là. Du coup, tu as reçu un SMS à 2h45 du matin je crois :):) Heu il disait : BON ANNIVERSAIRE MON FILSADOREAMOURAMOI, il y a 36ans tu étais tout petit "comme ça"...

Et me revoilà plongée dans ces jours qui ont changés une fois de plus ma vie. Un tout petit garçon...Mais reprenons comme pour tes soeurs, l'histoire que j'ai gardée en moi, de cette attente, puis de ta naissance, et des jours qui ont suivis.

Je t'attendais "TOI", et pourtant à cette époque pas si vieille quand même, on ne savait pas d'avance si "garçon, ou si fille"...En fait, je te parlais, lorsque ta soeur si petite dormait, et toi, tu as adopté ce rythme ! Pendant quatre ans, tu as tout fait pour rester éveillé lorsque ANNE dormait :) Je te racontais que le monde est beau quand on le veut bien, que nous avons la puissance pour le changer, et la flemme de le faire souvent, que deux petits font une famille, et que ce serait toi qui fonderait cette famille par ton arrivée, que deux mains pour deux enfants c'est une bonne moyenne (oui bon, lorsque la toute dernière a montré son nez, on a bien su nous, les parents, multiplier les mains, pour que toujours, l'une d'elles soit réservée à qui en a besoin)...

Je te racontais que j'avais hâte de te voir, et toi, tu as tout fait pour tenter d'arriver en avance : mais non, finalement, tu hésitais un coup oui, un coup non, et ta grand'mère est arrivée au moment juste où tu as décidé de venir toi aussi.

Je me souviens de cette après midi passée a faire les boutiques, puis de cette soirée chez nos amis, puis ...le pasage à l'hopital avant de rentrer, parce que bon, oui, ca semblait bouger...Je suis restée, et à trois heures du matin, j'ai découvert un ptit loup qui mangeait sa main, yeux grands ouverts sur un monde qu'il voulait dévorer, qui a su se calmer lorsque son père lui a parlé, qui s'est endormi contre moi, parceque j'ai enfreins les "ordres" et que je t'ai chopé pour mieux te rassurer.

Mon tout petit si grand, mon fils, mon histoire, mon complice, ma tendresse... Je t'aimes. Il y a chaque fois que nous nous voyons, dans tes yeux, une si grande tendresse, tant de fragilité, et une si grande force. Tu es encore comme un gamin, et aussi, un homme et ça me désarconnes : un homme?  Ce si petit bout de garçon qui riait si fort étant petit, que les gens m'arrêtaient dans la rue pour mieux t'écouter rire. Un homme cet adolescent fracassé après cet accident qui me jette encore dans des frissons glacés? Un homme? qui m'accueille dans sa maison, créant à son tour un univers d'amour dans un nid d'amoureux. Parfois je me dis, que lorsque mes bras te berçaient j'ignorais qui tu étais vraiment, et je me dis aussi que je suis fière de QUi tu es aujourd'hui. Un homme mon fils? Oui, et tu resteras à jamais au fond de mon coeur de maman, le tout petit garçon qui n'acceptait de dormir que bercé sur le vieux rocking-chair :)

Je te souhaite mon fils, un anniversaire multiple, qui chaque jour, chaque instant, transformera ta vie. En fait, l'anniversaire, c'est une fête crée pour les mamans je crois, elle renouvelle les souvenirs, et réactive la tendresse:)

Je t'aimes mon fils.
Repost 0
Published by Michelle Bourgoin - dans LA VIE tout simplement
commenter cet article
12 avril 2009 7 12 /04 /avril /2009 17:53




Je sais, je suis en retard, mais j'ai des excuses : je viens seulement de visionner les dvd des enfoirés de cette année, et une fois de plus, ils enchainent l'émotion, l'énergie, l'humour.

20 ans plus tard, les mêmes, d'autres, les nouveaux, qui tentent de changer un monde qui se refuse à bouger d'un pouce.

20 ans plus tard, les bras ballants d'impuissance, on la cherche cette p......d'idée qui nous fera fêter une dissolution...

Rien à dire de plus, seulement que ces Enfoirés là devraient encore faire des petits, pour nous bouger l'âme et le coeur : peut etre alors, l'idée arrivera...

Repost 0
Published by Michelle Bourgoin - dans Coup de gueule
commenter cet article

TIKI'me