Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 17:42
Le cœur des mères se liquéfie, devient tempête, ravageur et impuissant. Les larmes de  ma fille, secouée de sanglots, seule au fond du jardin, à la fin de l'été...Les larmes de son fils, à l'orée de l'automne, qui perd ses copains, sa maitresse, et puis la main de Lou...Du fond de la souffrance je sais moi, qu'il y a, comme un éclair, une petite étoile, un espace minuscule qui construit l'avenir. Pourtant, non, jamais, je ne pourrais supporter les larmes de mes enfants, de mes petits enfants. C'est ma fragilité, mon talon d'Achille, ma faiblesse Lorsque pleurent nos enfants, le cœur des mères devient fragile.

Aujourd'hui ils pleurent, et demain sera bleu, jaune, éclatant, de rires et de jeunesse, d'espoirs aussi. Pourtant, une blessure est là, qui ne s'éteindra pas. Et je n'aime pas, vraiment pas, que ma fille vive cette déchirure : les larmes de son fils.  Je voudrais parfois prendre cette souffrance, l'éviter, l'évincer, la chasser. Mais ils grandissent nos enfants, et il leur faut affronter à leur tour les larmes de leurs enfants. Je n'ai pas le droit de prendre, d'éviter, d'évincer ou de chasser ce qui leur appartient.

Alors du fond de ma mémoire, j'irais chercher la tendresse d'une grand'mère pour prendre la main du petit, la tendresse d'une mère pour bercer la grande, le rire de la jeunesse, les histoires d'enfance, tout ce "fatras" de grand’ mamie, dans son rôle, à sa place...sur le fil du rasoir, évitant de prendre ce qui ne m'appartient pas, trouvant les mots qui font rebondir, qui donnent le sourire, les jeux d'enfance qui fabriquent les souvenirs.
Facile d'écrire, moins simple d'être en toute authenticité disponible sans envahir, à l'écoute sans intrusion, inquiète sans peser, attentive simplement...

Quand pleurent nos enfants, le cœur des mères s'affole : comment calmer la folie qui s'installe alors qu'ils ont besoin de tant de sérénité? Serais-je à la hauteur? Je sais que certaines théories nous parlent de "résilience", et tout ce baratin. Intellectuellement, ca me va, mais franchement les mères, ca vous dit quoi à vous de voir pleurer vos enfants? Ca vous rassure de savoir qu'ils "peuvent" se construire sur leurs épreuves? Au moment du chagrin, c'est la rage qui envahit, puis la tristesse aussi, malgré toutes les théories, quand pleurent nos enfants, le cœur des mères lui rugit...

Partager cet article

Repost 0
Published by Michelle Bourgoin - dans LA VIE tout simplement
commenter cet article

commentaires

Poumama 08/10/2009 10:58


Encore faut-il qu'elle soit là, la maman....
Bernadette maman de Johanne


Geneviève 02/10/2009 16:50


il est certain que voir pleurer son grand enfant est bien difficile
apprendre au détour d'un blog qu'apprivoiser le handicap de son anfant lui a été si douloureux... nous qui l'entourions de tout notre amour, ce n'était certainement pas assez... d'y penser j'en
suis encore toute chamboulée!
Et pourtant elle donne bien le change cette coquine, et qu'est ce que je les aime mes enfants, viscéralement mais... le savent ils assez???
bien à vous qui mettez si bien des mots sur les maux.


Myriam 30/09/2009 21:40


C'est magnifique, comme vous savez trouver les mots.
Mon coeur de maman en est tout bouleversé.


Audrey 20/09/2009 11:56

Chère chère chère Michelle...Le coeur des mamans, il peut pas faire autrement que pleurer.Et même, rien qu'à te lire, je pleure.Et quand je la lis, je pleure aussi.Groumph.Vous faites rien qu'à me faire pleurer vous zots.Les mamans, c'est bon pour quand ça déborde.Elle viendra se jeter dans tes jupes, y pleurer son trop plein, et j'ai envie de te dire, "quelle chance elle a!" Moi, c'est mes oreillers qui récupèrent ces larmes là.Pour les reste, elle a les coupines.Elle va tanguer.Elle va merder.Elle est pas seule.On est plein plein à l'aimer, à la trouver belle, et courageuse, elle et son ptipou.C'est la vie, elle se relèvera.C'est une blessure, ça deviendra une force de plus.Pour ptipou aussi.Pis moi j'ai une Lou en réserve.Sérieux, c'est pas rien ça...Je te charrie sur fessebook, mais maman veille, c'est bien.Moi je suis là pour le rire et les bras autour.(Et la gelée de thé à la violette...)Mille baisers tendres.A bientôt sur le petit banc. 

maclai974 19/09/2009 22:43

j'ai bien compris que vous viviez des moments dificiles, ton petit fils, ta fille cherie, et toi bien sur,  ya place de maman, de gd'maman...je pense bien à vous, à elle, à eux.Marie claire

TIKI'me