Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2008 2 07 /10 /octobre /2008 19:02
Combien de fois entendons-nous ou lisons-nous cette petite phrase? Elle nous fait bondir, réagir, exploser. J'aime assez cette réaction car elle me parle de territoires auxquels je ne devrais pas avoir accès. Lorsque cette expression me frappe, c'est que j'ai franchi, en m'exprimant, des limites qui ne m'appartiennent pas, ou que la personne qui l'exprime, le perçoit ainsi.

De quoi vous mêlez-vous? Généralement, celui qui exprime cette question a lui-même franchi une ligne qui a dû me paraître à moi-même, excessive. Ma réaction utilise alors plus les  "il faut, tu dois" plutôt que le questionnement : pourquoi, comment?

Lorsque je reçois cette remarque "de quoi vous mêlez vous" ce n'est jamais dans l 'exercice de mon métier, car justement, mon métier aujourd'hui m'amène à "me mêler de". Je le fais en questionnement, l'autre ne l'entend pas comme une agression, mais comme une balise pour avancer lui-même.

Comment se fait-il que parfois, dans la vie quotidienne, dans les échanges quotidiens, il m'arrive de déraper et de m'entendre dire "de quoi vous mêlez-vous"?

Il ya deux éléments essentiels à considérer :

1 Ma propre perception de la discussion. J'interviens avec des mots, des expressions qui sont percus comme des contraintes, voire des jugements. J'interviens en croyant pouvoir le faire, en imaginant que je suis sur "mon" territoire", que je ne dépasses pas les limites acceptables.

2 La perception de l'autre. Il s'exprime pour se défendre, ayant perçu comme une entrave à sa propre liberté, une remise en cause sans concession, voire un jugement inéluctable. Il se sent piégé, et ressent un empiètement sur son propre territoire.

Cette notion de "dépassement des limites" me parait intéressante. Jusqu'où va l'interventionisme? Jusqu'où se situe le territoire de l'autre? Et lorsque j'interviens, est ce pour une cause juste ou plus certainement, pour avoir "raison"? A qui appartient ce sujet sur lequel j'interviens? Qui est concerné? Pourquoi est-ce que j'imagine que je peux le faire? Qu'est-ce qui m'y autorise?

Parfois l'autre imagine que j'ai empiété sur ses prérogatives, alors que je suis dans mon rôle, parfois non. Parfois nos deux interventions concernent une autre personne, et nous nous "mêlons" à deux de ce qui n'est pas de notre responsabilité.

Mais ce qui est le plus intéressant, ce sont les réactions exacerbées des deux protagonistes : on perd l'essentiel, le but initial, et on s'embarque dans une discussion qui n'a plus rien à voir avec l'objet initial. Ce qui signifie certainement que chacun reste sur ses positions, que rien n'a avancé. Dommage...

Oui, ce soir, je n'ai pas trop envie de "me mêler de quoi que ce soit", laissant à qui se pense Responsable, la liberté de le faire ou non. Vouloir avoir raison n'est pas raisonner, ce n'est bien souvent que le cheminement personnel d'une perception que l'on pense universelle. Je me méfie de ces vérités que l'on assène comme des lois alors qu'elles ne sont que le reflet de nos propres faiblesses.

Chacun doit pouvoir s'éclairer de ses propres erreurs, et cette petite réflexion me permet de garder un point d'interrogation ouvert : De quoi vous mêlez-vous? A moi d'y répondre en mesurant en toute humilité, mon niveau de responsabilité.



Partager cet article

Repost 0
Published by Michelle Bourgoin - dans L'agressivié
commenter cet article

commentaires

TIKI'me