Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 septembre 2008 4 04 /09 /septembre /2008 10:36
J'ai trois ans, je m'appelle Joseph, et hier je suis rentré à l'école pour la première fois.

Hier, j'ai eu le coeur serré, et après le départ de papa et maman, j'ai pleuré..un peu juste ...après leur départ, mais aussi, j'ai bien mangé, et personne ne m'a "volé" mon repas. Pour faire pipi, un supergentilmonsieur est venu avec moi, on a oublié ma veste sur un meuble, mais tant pis, maman l'a retrouvée en venant me chercher. C'était bien hier l'école. Ah oui j'oubliais : pour faire pipi les toilettes sont toutes petites, comme ça je tombe pas dedans,  Et j'ai fait un beau dessin, du coté du papier où c'est écrit, moi c'est là que je dessines le mieux.
c'est bien l'école.

Ce matin, on est parti avec papa et maman encore : ben oui, il faut bien être trois pour le deuxième jour, parce que le premier jour on ne sait pas ce qui nous attend, mais le deuxième, on sait, alors on a un peu peur encore. En arrivant dans la cour, j'étais content, un peu "peur" encore, mais content,  même que j'ai lâché la main de papa et maman, du coup il y avait tant de monde que j'ai un peu perdu maman, elle est restée derrrière, je l'ai vite retrouvée.

Ala porte de ma classe, il y avait plein de mamanventouses, scotchées à la porte, du coup, c'est papa qui m'a accompagné, maman a été empechée. En arrivant à la porte, j'hésitais encore un peu : normal non? Il me faut un peu de temps pour digérer le monde des papas-mamans, et le monde de l'école.

Et là, je ne sais pas ce qui s'est passé, la maitresse a pris MON étiquette qui est autour de MON cou, elle m'a pas dit bonjour mais a pris mon poignet en le serrant si fort, que j'ai eu mal, pas mal au poignet, mais mal quand même dans moi, et là ben oui, je le confesse avec délectation :

J AI HURLE, j'ai hurlé mon indignation, ma rage, ma frustration : MOI JE VOULAIS ENTRER TOUT SEUL DANS LA CLASSE, je voulais m'approprier ce monde à MA façon, et il n'était pas utile de me serrer si fort et de tenter de m'empecher de ressortir avec ses jambes....


On m'a dit tout l'été : ne tapes pas les copains (heu oui, parfois je fais la bagarre, alors ...) et là, la maîtresse utilise un geste brutal, pour me forcer à faire .....ce que je faisais sans problème. Il me fallait juste le temps, juste le temps...

Les grands souvent, ils pensent qu'ils savent tout, qu'eux seuls savent ce qui est bon pour nous, mais moi, je sais bien que la plupart du temps, je sais ce qui est bon pour moi, si on me laissait le temps de le vivre, de le sentir, de m'apprivoiser quoi.

Là, je suis à l'école et tout va bien (ca c'est grand'mamie qui l'écrit, je pense qu'elle prie très fort pour que "tout va bien), et ce soir, maman vient me chercher avec l'écharpe parce que l'écharpe c'est ce qui console, je me fais tout petit contre elle dans son dos, et tous les deux, le nez au vent, nous affrontons le monde dans un immense calin.
 
L'écharpe c'est le symbole des mamans : elles portent toute leur vie leurs bébés sur le dos, même quand ils chaussent du 46 comme tonton cédric , ou qu'ils téléphonent à leur mère comme maman et tatane ,un matin de rentrée scolaire pour dire tout le chagrin, la rage, l'impuissance devant un simple geste banal qui fait mal "au dedans", ou pour raconter comment Tom a craqué puis comment Tom a bien géré sa rentrée finalement.

Oui, nous les mamans, nous les portons toute notre vie nos petits et l'accompagnement des étapes à franchir est parfois amusant, souvent ardu, quelquefois difficile : comment protéger nos enfants tout en évitant la surprotection? Comment  défendre nos enfants sans leur donner le sentiment de la toute puissance? Comment communiquer avec une maitresses certes surchargée, certes compétente (on le souhaite), mais si hermétique au simple bon sens?

Pfffff etre Grand'mamie c'est le pire du pire : on a vécu ces trucs, et voilà qu'ils nous sont renvoyés, amplifiés ...Le sentiment d'impuissance est immense...Apprendre à lâcher prise...se dire que les "grands" s'en sont bien sortis", soutenir, aimer, mettre les bras en "écharpe" pour bercer à l'infini...Aller les filles, vos petits si petits deviendront des grands si grands, et vous êtes de bonnes mamans, alors pas de panique, tant que vous êtes là pour eux et qu'ils le savent, vos enfants sont en sécurité.



Partager cet article

Repost 0
Published by Michelle Bourgoin - dans LA VIE tout simplement
commenter cet article

commentaires

Isabelle 08/09/2008 16:03

Bonjour Michelle et un grand merci d'avoir laissé ce petit commentaire sur mon blog...c'est amusant comme le net rend les distances plus courtes et rapproche les gens..Je viens de faire un tour sur le tien qui est plein d'humanité et de dynamisme! (mais je n'ai pu que survoller, je suis au bureau...!) alors j'y reviendrais bien surTu peux bien sur mettre un lien de ton blog vers le mien, cela me fait très plaisir...Merci encore de ton petit mots et gros baisers à toi et tout ceux qui sont près de toi..Isabelle, la Fée qui raille (et qui retourne bosser!)

grandmamie 07/09/2008 11:50

Pour finir : Oui la journée s'est bien passée, et oui la maman avait elle aussi envie de tout casser. Et la seconde journée, Joseph a encore pleuré, mais il aime l'école, et tout semble petit à petit se mettre dans l'ordre. Pourtant....prendre juste le temps d'être avec l'enfant plutot que "d'avoir à gérer " des enfants serait un beau changement dans cette école...Vive les assistantes et assistants maternels, car ils sont le liens "émotionnel" semble t'il dans cette école. Bravo à eux pour leur empathie, leur tendresse et leurs sourires.

Anne 07/09/2008 00:21

comment peut-on CHOISIR de devenir une maîtresse et ne pas sentir les enfants? Ça prend de la compassion et de l'empathie pour ce métier, merde!!On ne serre JAMAIS un petit fort, et on ne lui impose JAMAIS la certitude des grands. Je suis incroyablement en colère. Ce métier est une vocation, on l'a ou pas. Mais quand on ne l'a pas, on s'abstient. Heureusement que je n'téais pas là, je l'aurais étranglée. Ça fait désordre, non?Tom a la chance (dois-je souligner que nous les parents avons aussi cette chance) d'avoir une maîtresse douce et compréhensive. Que le jour de la rentrée, elle a très bien compris qu'il ne veuille pas passer sous la guirlande de fleurs des champs et que, oui il avait le droit de rester dans son coin. C'est rassurant pour une maman le coeur au bord des larmes de savoir que son petit (déjà si grand) bonhomme est entre les mains de quelqu'un d'empathique.Ça soulage.Mais ne t'en fait pas mon Jospeh, je vais t'apprendre pleins de trucs pour manipuler ta maîtresse, elle n'y verra que du feu!La tante VRAIMENT pas contente de savoir qu'il y en a encore qui choisisse ce boulot pour le nombre de jours de vacances.

TIKI'me